CalendrierZL, un calendrier pour le préscolaire

La fermeture prochaine du site Colibris m’oblige à trouver un port d’attache pour ce logiciel libre. En espérant qu’un ou plusieurs programmeurs le prendront sous leur aile protectrice, et, pourquoi pas, l’amélioreront.

CalendrierZL fut programmé à la demande d’enseignants du préscolaire. Il permet de créer un calendrier mensuel et d’y ajouter des icônes (ou images) et des textes. Vous pouvez, par exemple, faire noter aux enfants la météo du jour et la reporter sous forme d’icônes sur le calendrier. Vous devinez qu’il peut servir à bien d’autres choses et à d’autres niveaux que le préscolaire. On peut configurer les couleurs de mois, des jours et du chiffre du jour. Un arrière-plan peut s’ajouter sous forme d’images ou d’une couleur uni. Bien sûr, on imprime le calendrier ou on le sauvegarde sur son disque dur.

Un exemple de ce qu'on peut faire avec CalendrierZL

Un exemple de ce qu’on peut faire avec CalendrierZL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour télécharger et installer CalendrierZL pour Windows

Pour télécharger et installer CalendrierZL pour MacOS

Une version portable, disponible sur Framakey

Les sources de CalendrierZL (fichier Zip de 65 Mo)


Note : Si quelqu’un désire reprendre le projet, nous aimerions que ce soit fait à travers une forge publique et recevoir un courriel nous disant où c’est placé. Ce qui permettrait de diriger d’éventuels développeurs vers cette forge. En attendant l’installation sur une forge, voici quelques demandes d’usagers pour des améliorations.

Changements envisagés pour CalendrierZL

  • Détacher du curseur les icônes après l’avoir placé sur le calendrier OU trouver une façon conviviale de conserver l’icône pour un placement multiple sur le calendrier
  • Mettre une fonte par défaut lors de l’ouverture du mode texte car pour l’instant c’est l’ordre alphabétique et on tombe sur une fonte en arabe.
  • Pouvoir afficher le calendrier en plein écran (conserver l’impression pleine page)
  • Peut-on afficher l’image lors du choix d’un fichier dans le sélecteur de fichier. Le choix de l’image serait plus facile.
  • Réaliser une version Web App (une grosse demande)

 

Publié dans Culture libre, Logiciel libre | Laisser un commentaire

Premier retour sur Wallabag #CLOM_REL

Vous savez que j’ai décidé, récemment, de me passer de Pocket pour la mise de côté des articles à lire plus tard. Non pas que Pocket ne faisait pas l’affaire, au contraire. C’est dans le but de commencer à me libérer de toutes ces compagnies privées qui détiennent nos données et dont on devient un peu les esclaves.

Le lendemain du premier article, j’annonçais qu’une instance de Wallabag fonctionnait sur mon serveur partagé chez Funio. J’avais alors noté qu’il fonctionnait mais sans l’extension PHP Tidy.

Ayant posté cette difficulté sur les médias sociaux, j’ai constaté que Wallabag est attentif à ce qui se dit sur son logiciel. J’ai reçu des encouragements pour m’aider à résoudre la difficulté. En fin de compte, Funio, la société qui me loue le serveur partagé, après avoir été contacté, a gentiment ajouté Tidy à mes paramètres et désormais Wallabag peut l’utiliser. En fait, pour en être certain, il faudrait que l’équipe de Wallabag repropose le script qui vérifiait si l’installation était correcte. Ce script semble avoir disparu avec la version 1.6.1

Dans la foulée, j’ai posé la question de l’installation automatique de Wallabag sur les serveurs de Funio, via leur service One Click install. En réalité ce service est assuré par Softaculous. Cette dernière prépare des scripts d’installation automatique et plus intéressant s’occupe ensuite des mises à jour. Cette dernière fonctionnalité m’intéresse énormément car l’équipe de Wallabag est réactive et offre des mises à jour régulièrement. À l’aide des médias sociaux, encore une fois, Softaculous a été sensibilisé et désormais Wallabag figure dans la liste des One Click install chez Funio. Ce serait un score parfait s’il n’y avait pas la question de Tidy. Contrairement à l’installation manuelle de Wallabag (celle que j’ai faite), Softaculous bloque s’il ne trouve pas Tidy et refuse d’installer le logiciel et ce même après que Tidy ait été ajouté à mes paramètres personnels sur Funio. On m’a promis d’investiguer la question… j’attends encore.

Assez pour le côté technique passons à l’utilisation. La version Web (en fait le coeur) de Wallabag fonctionne assez bien pour que je ne m’ennuie pas de Pocket.  Côté importation des images, je pense même que c’est meilleur. Tellement que j’ai expérimenté un cas curieux où les photos (50) passent mais pas les textes! Je travaille toujours à partir de Linux à la maison et les petites icônes pour indiquer des actions à faire ne s’affichent pas correctement. Je dois me fier au « mouse over » pour savoir où cliquer. On dirait que ces icônes sont fournies par une fonte que je n’aurais pas sur mon OS.  Pour l’usage plutôt rudimentaire que j’en fais, Wallabag sur le Web me convient.  J’allais oublier, je n’ai pas encore réussi l’import de ce que j’avais dans Pocket. Faut dire que j’ai arrêté mes efforts assez rapidement.

Ce n’est pas la même chose pour l’application Android (qui porte encore l’ancien nom de Wallabag, In the poche). Cette dernière est à la limite de l’utilisable. Heureusement, elle permet correctement d’envoyer des articles lus sur le téléphone à l’instance Web de Wallabag. Pour le reste… c’est rudimentaire, trop rudimentaire. Tellement que je m’en sers très peu.

Une petite liste rapide des ajouts essentiels à y faire.

Les 2 ajouts les plus importants :

  1. Pouvoir classer les articles par ordre de date d’inscription ET par ordre alphabétique
  2. Rendre cliquable l’URL qui se place au début de chacun des articles pour qu’on puisse passer à la page originale.

Et dans le désordre :

  • Synchronisation complète avec le serveur sur le Web
  • Reproduction des catégories Archive et Favoris dans l’application
  • Synchronisation automatique au démarrage ou à l’extinction

Restera ensuite des améliorations mineures.

Je reviendrai dans quelques semaines sur le sujet, au fur et à mesure où je verrai des progrès ou de nouvelles améliorations à proposer.

flattr this!

Publié dans CLOM-REL, Culture libre, Logiciel libre | 3 commentaires

#CLOM_REL Créer des REL à l’aide de REL

Les deux exemples qui suivent ne sont pas des produits finis mais des prototypes réalisés pour un atelier au colloque de l’AQUOPS et un autre à celui de l’AQUEUS.  L’idée de ces ateliers était de démontrer qu’on pouvait bâtir ses propres ressources à l’aide de logiciels libres et de ressources libres diverses. N’y voyez donc pas des produits finis mais des ébauches pouvant être complétées puisqu’ils sont lbres. CQFD

L’outil logiciel principal est ffDiaporama un logiciel polyvalent conçu au départ pour réaliser des vidéos à l’aide de photos ou d’images (d’où le mot diaporama dans le nom). Comme il accepte aussi des segments vidéos, plusieurs personnes l’ont détourné pour en faire un outil de montage vidéo performant. Quand on s’en sert pour le montage vidéo on doit changer l’image que l’on a d’un logiciel de montage et l’on  découvre, alors, toute l’originalité et le puissance de ffDiaporama.

Nous avons également utilisé Audacity pour le montage sonore, Inkscape pour la manipulation des images vectorielles ainsi que Gimp pour la retouche photo.

Nous avons produit Chantons l’Alphabet à l’aide de ffDiaporama, Audacity et Inkscape. Les images proviennent toutes d’Open Clipart Library et la chanson de Jamendo. Si le coeur vous en dit, vous pouvez terminer le travail. Pour ce faire vous trouverez les « sources » dans ce fichier compressé en Zip.

Le petit démo pour le congrès de  l’AQEUS fut réalisé avec ffDiaporama, Audacity et Gimp. Les images proviennent cependant de plusieurs sources. Vous les trouverez dans les toutes dernières minutes de la vidéo.  Pour les curieux,  les « sources » se trouvent dans ce fichier compressé en Zip.

Au primaire et au secondaire, on utilise souvent les REL  pour créer des ressources plus limités et surtout les faire créer par les élèves.

Ajout du 25 avril 2014

Deux tutoriels pour s’initier à ffDiaporama
réalisés avec la version 1.1, ffDiaporama est maintenant à la version 2.1, les concepts de base sont les mêmes.

ffDiaporama 101 et le résultat

Effets Ken Burns avec ffDiaporama et le résultat

flattr this!

Publié dans CLOM-REL, Culture libre, Logiciel libre | Un commentaire

#CLOM_REL YouTube Terms of Service – Licence YouTube standard

Je me promettais depuis longtemps de lire la Licence YouTube standard qui est appliquée automatiquement aux vidéos que vous téléchargez sur YouTube. C’est ainsi que sont présentés vos vidéos si vous ne choisissez pas une licence Creative Commons. J’étais curieux de voir si c’était différent du Copyright prévu par la loi.

Première surprise, il n’y a pas véritablement de Licence YouTube standard. En fait, quand vous la cherchez sur le site on vous explique qu’il faut lire le Terms of Service de YouTube pour savoir de quoi il retourne. Je me suis donc attaqué à la lecture indigeste de ce Terms of Service. Deuxième surprise, les mots Licence YouTube standard ne se retrouvent nulle part dans ce texte.  Et rien qui ne ressemble à ce qu’on pourrait prendre pour un texte de licence.  J’ai quand même appris des choses ou je me suis vu confirmer ce dont je me doutais.

Google n’est pas trop méchant dans ses conditions, il ne s’accapare pas de votre droit d’auteur sur votre oeuvre c’est dit en ces termes : you retain all of your ownership rights in your Content. Bien sûr vous devez concéder des droits non-exlusifs à YouTube sinon le service ne pourrait pas afficher et offrir votre vidéo.  Avec raison, on vous rappelle que vous êtes responsable de vous assurer que vous détenez bien les droits sur l’oeuvre ou que l’oeuvre joint d’une licence qui le permet.

Pour ceux qui en douterait, YouTube interdit tout usage qui n’est pas explicitement permis par les fonctionnalités prévues sur le site. Avis à tous ceux qui utilisent des petits logiciels ou de petits scripts pour réussir à télécharger sur leur ordinateur des vidéos de YouTube. Si les mécanismes de YouTube ne vous l’offre pas c’est interdit. Il est par contre tout à fait correct de faire afficher les vidéos sur son propre site à l’aide du code d’insertion (embed code).   Il semble me rappeler qu’on peut télécharger les vidéos en Creative Commons à partir de l’éditeur vidéo fourni par YouTube.

Je termine avec deux extraits du document qui corroborent ce que je viens de dire.

« You may access Content for your information and personal use solely as intended through the provided functionality of the Service… »

« You agree not to circumvent, disable or otherwise interfere with security-related features of the Service and as permitted under these Terms of Service. You shall not download any Content unless you see a « download » or similar link displayed by YouTube on the Service for that Content. »

Pour conclure… Si la vidéo n’a pas été mise sous Creative Commons, les seuls droits que vous avez sont de visionner la vidéo sur YouTube ou sur une autre site à l’aide du code d’insertion fourni par YouTube.

flattr this!

Publié dans CLOM-REL, Culture libre | Laisser un commentaire

#CLOM_REL Internet Archive, premières impressions

Dans l’article précédent, j’expliquais que je voulais profiter de ce CLOM pour mieux inventorier le site Internet Archive. Je viens de terminer d’entrer tous les menus et sous-menus du site dans une carte heuristique.  Je suis presque effrayé de tout ce que j’ai vu. Un site immense, touffu et difficile à naviguer tellement les ressources se recoupent d’une place à l’autre. Autre surprise, contrairement à ce que je croyais, le site n’a pas pour vocation de proposer des ressources libres de droits. Sa mission est autre.

On devrait toujours lire attentivement la section « À propos » (About) des sites que l’on fréquente. Le faisant, j’ai découvert que la mission d’Internet Archive se définit comme suit : « The Internet Archive focuses on preservation and providing access to digital cultural artifacts. »

Je crois que je devrai orienter mon inventaire d’Internet Archive pour découvrir les sections du site qui sont entièrement libres de droits et celles où on peut trouver de telles ressources parmi des ressources non-libres. Enfin, j’ai remarqué que dorénavant Internet Archive se contente dans certaines sections de nous rediriger vers des sites connus de préservation et de distribution de ressources comme Librivox.

Dans le cadre de mon travail à Carrefour éducation, cela me permettra de mieux orienter les usagers vers les ressources libres hébergées et répertoriées par Internet Archive.

Vous êtes intéressés, contactez-moi.

flattr this!

Publié dans CLOM-REL, Culture libre | Laisser un commentaire