« Je mélange les affaires… »

Je profite de la conclusion de Benoît à mon texte Petite citation pour servir d’amorce à cette réflexion. Je vais essayer de clarifier mon point de vue pour ne pas trop mélanger mes lecteurs 😉 (sans rancune Benoît)

Je suis un peu fatigué d’avoir à me justifier chaque fois que je parle de Linux. Je me sens un peu comme l’agnostique qui fait face à un Témoin de Jéhovah à qui il vient d’expliquer qu’il n’est pas sûr que Dieu existe mais qu’il cherche encore. Je ne suis pas sûr que Linux grand public existe mais, en bon agnostique, je cherche encore… En fait, j’aimerais bien y croire car j’ai hâte de ne plus dépendre d’une multinationale tentaculaire pour mes besoins en informatique.

Mettons certaines choses au clair. Je ne suis pas anti ou contre Linux, au contraire, depuis 3 ans, j’ai toujours eu une ou deux partitions Linux sur mes ordinateurs. Et, jusqu’ici, j’en ai encore. Mais restons clair, aucune n’a jamais fonctionné à ma convenance, certaines étant presque inutilisables pour faire du « vrai » travail. De là mon questionnement. Linux peut-il être recommandé à des gens oomme moi ou, pire, moins aguerris que moi? Pour le bénéfice de ceux qui ne me connaisse pas ou peu, voici un bref historique de mon parcours informatique. J’ai acheté mon premier ordinateur vers 1981, et c’était un Z81 de Zinclair. Puis 2 ou 3 ans plus tard, j’ai gradué au Commodore 64, encore 2 ou 3 ans et j’achetais mon premier PC (Epson Equity II avec 2 lecteurs de disquettes sous DOS), et là plusieurs autres PC de plus en plus puissants et équipés. Pendant cette époque, j’ai fait partie des premiers utilisateurs d’une interface graphique sous PC, GEM. Puis s’enchaîna la longue suite des portables. Une seule chose que je n’ai jamais fait sur quelque PC que ce soit c’est de la programmation! Manque de temps ou paresse, un peu des deux, je présume. Mettons que je ne me classe plus parmi les novices. Je crois être un « power user » non-programmeur. Je sais que la race est peu répandue mais j’en suis. Revenons à nos moutons. Avec un tel background, j’éprouve toujours des difficultés à me monter un ordi sous Linux qui fonctionne complètement et adéquatement. De là viennent mes interrogations. Je crois savoir, en partie, ce qui manque à Linux pour devenir un OS grand public, j’essaierai d’y revenir plus tard.

Pour l’instant, Benoît voulait savoir de quoi se plaignent les usagers d’EduLinux 2004 (et je crois que c’est la même chose pour la plupart des distributions), j’ai donc passé une demi-heure dans les archives de la liste d’aide d’EduLinux. Vous devriez faire comme moi, c’est très édifiant et cela nous éclaire sur les problèmes des « novices ». Les guillemets, c’est pour me permettre de m’y inclure 😉

Je suis tombé dans un message sur la phrase qui résume tout :
« Je suis des plus découragé. Je ne peux toujours pas avoir accès à de l’aide et celle que j’ai trouvé est . » Je pourrais presque me l’appliquer.

Quel genre de changements?, me demandait Benoît.

La mise à jour des logiciels, revient souvent dans les messages. En voici un (vous suivrez le thread pour l’ensemble de la discussion) pour illustrer :
Nouvel utilisateur veut mettre firefox à jour

Malgré le fait qu’ÉduLinux gère le clavier CF, on oublie ceux qui viennent du Mac et qui veulent leur configuration clavier, donc un thread sur la configuration de clavier. Vous verrez que ce n’est pas aussi simple que de choisir dans une liste!

Et bien sûr l’éternel problème de l’installation ou de la configuration du nouveau matériel (voire même du nouvel ordi). Deux cas : le premier et le second. Un message porte même le titre provocateur de « Difficultés d’installation de Linux sur certains ordinateurs récents : est-ce voulu ?
». Cela résume bien la frustration du novice.

Ne parlons pas des problèmes de winmodem, on savait d’avance qu’il y aurait problème. Plusieurs se plaignent de problèmes à l’installation ou à la « post-installation », en voici deux exemples : le premier et le second.

Je m’arrête ici pour les exemples, allez dans les archives de la liste vous en trouverez beaucoup d’autres.

Je vous entends déjà crier à l’injustice et me donner des tonnes d’explications. Je sais que tout s’explique et que la situation de Linux n’est pas celle de Microsoft. MAIS le novice, y veut pas savouair (comme disait Deschamps), y veut que ça marche, point c’est tout.

Mon seul propos est de dire que dans l’état ACTUEL des choses Linux n’est pas prêt pour le novice.

J’essaierai, un de ces quatre, d’élaborer sur les préalables à l’introduction de Linux chez le novice. Vous verrez que l’espoir est permis.

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Logiciel libre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à « Je mélange les affaires… »

  1. Eric Noel dit :

    Je suis presque d’accord avec vous, à savoir la difficulté de configurer et de changer d’un iota la configuration ou l’ajout de matériel sous Linux. Là où je déroge un peu sur votre propos concerné votre hierachisation des utilisateurs. Si votre profil est celui de novice, il doit exister celui de novice novice.

    Le novice novice n’a jamais installé un os (ça comprend bien sur Windows), il n’a jamais ouvert physiquement son ordinateur, encore moins installer de nouveaux matériels. Il veut une suite bureautique, être capable d’aller dans internet et imprimer.

    Cet utilisateur, surtout avec les dernières distributions, n’y voit pas de différence.

    Mais je suis d’accord avec vous, dès le moment ou l’on déroge de cette utilisation simple d’un ordinateur, nous nous exposons à toutes sortes de tracas, très petits comme très grands.

  2. En fait André, mon point principal de « mélange les affaires » était fortement relié au fait que l’on voit Linux comme un bloc monolithique.

    « Pour l’instant, Benoît voulait savoir de quoi se plaignent les usagers d’EduLinux 2004 (et je crois que c’est la même chose pour la plupart des distributions) ».

    Justement, je ne crois pas que c’est la même chose de la part de toutes les distributions. Il existe d’énormes différences d’utilisabilité « out-of-the-box » de distribution en distribution. C’est le propre d’une distribution linux, c’est ce qui fait que certaines sont orientées vers l’éducation, d’autres vers les serveurs, d’autres vers l’entreprise.

    Je ne nie pas les difficultés qu’un « novice » voulant utiliser une carte ATI de son ordinateur pour écouter la télé. Ni sur celle d’un utilisateur qui veut être à jour à partir d’une distribution basée sur une autre qui date de plus d’un an.

    Je reviens sur le point d’Éric, soit l’idée que le novice novice comme il le dit n’a pas ce genre de préoccupations. Maintenant, d’accord pour dire qu’il y a place à améliorations à tous les niveaux. La différence avec les systèmes propriétaires, c’est que si on est un peu au courant, on peut agir en tant que contributeur et non en simple consommateur. Sans être programmeur. Faudrait que je déblaie un peu ce dernier point un de ces quatre moi aussi 🙂

  3. Pierre Lachance dit :

    André, André, André…

    Commentaires que j’espère constructifs, mais que je sais asses direct (comme toujours ;o) ).

    Mettons un vrai novice (rappel: un novice ne sait pas ce qu’est un driver, n’a jamais installé un OS ou du nouveau matériel, ne met presque jamais ses logiciels à jour, etc) devant un poste Linux, et demandons lui de faire ce qu’il fait avec son poste habituel (courrier, web, imageries?, bureautique, clavardage…). Est-ce plus difficile sous Linux? Je réponds non!

    Maintenant, le fait que tu aies trouvé d’autres personnes qui ont des difficultés avec Linux n’en fait pas un système innaccessible pour des novices. Si j’avais le temps, je te trouverais des gens (qui ne sont plus novices car ils veulent contrôler un peu plus leur appareil/OS) qui ont de la difficulté sous Mac ou Win. Habituellement, le vrai novice appelle 1-800-monvendeur et lui demande de faire l’installation pour lui. Sachez que beaucoup de gens (vrais novices) paient des centaines de dollars pour faire «nettoyer» (virus) leur poste, ajouter une imprimante ou encore pour faire les mises à jour. Je ne crois pas ce l’exercice que tu as fait permette de conclure que: «Mon seul propos est de dire que dans l’état ACTUEL des choses Linux n’est pas prêt pour le novice.» Désolé.

    André, j’ai un défi pour toi, installe XP sur ton portable de la mort. Et explique nous ce que tu peux faire avec.

    Je crois que si on veut que Linux soit utilisé par les vrais novices, on devra retrouver plus d’ordinateurs neufs prémontés (avec un # 1-800-monvendeur) en Linux. Non de mettre tout notre énergie à faire en sorte que tout s’installe sans problème sur toutes les machines du monde et ce par tout le monde. Car ça, même Apple (le plus simple semble-t-il) n’y arrive pas.

    Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *