Anecdote sur la liberté…

Le logiciel libre mène souvent à des histoires cocasses. En voici une qui vient de m’arriver. Heureusement, elle se termine bien.

Ce matin, je me rends sur le site d’eMusic où j’achète beaucoup de musique numérique. Je privilégie eMusic car leur MP3 ne font pas l’objet de cryptage contre la copie. Donc des MP3 tout ce qu’il y a de plus standard, l’équivalent de ceux que je réalise moi-même à partir de mes propres CD audio.

L’idée c’est de faire un cadeau original à ma vieille maman. Elle raffole d’une pièce musicale tirée de la comédie musicale Show Boat. Cette mélodie, Ol’ Man River, est devenue un classique repris par beaucoup d’artistes. À ma grande joie, eMusic en recense 17 interprétations différentes. Voilà le cadeau idéal pour ma mère, un CD Audio contenant 17 versions d’Ol’ Man River. Je télécharge le tout pour à peine 5 $.

Comme j’ai téléchargé à partir d’Ubuntu 6.10, je décide d’utiliser K3B pour graver le CD Audio. Je vérifie dans le fichier d’aide pour voir s’il peut, comme Nero et d’autres logiciels commerciaux, partir de fichiers MP3 et les convertir en WAV avant de graver. Il semble le faire.

Mauvaise surprise, dès que j’essaie de lui fournir un premier MP3 pour mon projet audio, il me dit qu’il ne peut lire ce format??? Pourtant, j’ai bien lame d’installé sur mon Ubuntu. Et j’ai déjà « rippé » des CD avec Sound Juicer. Je me demande bien ce qui se passe. Rien dans les dialogues de préférences de K3B qui ne m’indique quoi faire pour qu’il puisse reconnaître le MP3. Et l’aide est très explicite, on nous montre comment faire un CD Audio à partir de fichiers MP3.

Finalement, en cherchant un peu dans Synaptic, je trouve un plugin pour K3B lui permettant de décoder et d’encoder le MP3. Bien sûr, il n’a pas été installé. Je me serais attendu à ce qu’il s’installe en même temps de K3B, surtout que les menus et l’aide du logiciels laissent bien entendre que K3B peut décoder du MP3.

C’est à ce moment que je me suis rappelé qu’Ubuntu se présente comme une distribution libre. La liberté a un prix! Ici c’est de tronquer un logiciel sans en avertir l’usager (on garde l’option de faire des CD Audio et on ne modifie pas l’aide). Une autre chose qui aurait découragé Jos Bleau 😉

Heureusement que mon nom n’est pas Jos Bleau, j’ai donc été capable de terminer le cadeau de ma mère.

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Logiciel libre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *