De Pocket à Wallabag aka Framabag – Vers la liberté… #CLOM_REL

Ceux qui me connaissent savent que je m’intéresse au libre depuis le début de ce millénaire. Pour paraphraser Framasoft, la route fut longue mais la voie reste libre. Il m’a fallu 5 ans pour passer définitivement à Linux sur mon ordi personnel. Que d’installations et de désinstallations pendant ces 5 ans.  Finalement Linux devint plus « novice friendly » et j’ai conservé mon installation.

Ce fut plus simple pour les logiciels car je préférais les logiciels libres multiplateformes, question d’utiliser les mêmes outils au travail et à la maison. Finalement, j’ai pu dire que j’étais à près de 90 % libre sur mes ordinateurs. PUIS le nuage (cloud) et les téléphones (et tablettes) intelligentes sont venus chambarder tout cela.  C’était presque retour à la case départ, les frais en moins.  Car c’est là le piège du cloud et des téléphones, c’est que beaucoup de choses propriétaires, donc non-libres, sont gratuites. En plus, Google joue toujours sur la corde raide entre libre et propriétaire. On le constate de plus en plus avec Android et d’autres de ses services. L’ombre de Big Brother n’est plus celle de l’État omniprésent mais celle d’une multinationale aux airs innocents.

Bref, je ne suis plus très à l’aise, moralement, avec ma pratique informatique. Le courage me manque un peu pour recommencer la longue bataille de la libération.  Récemment, l’un des deux compères de Bloguelinux.ca (un podcast québécois), Patrick, m’a redonné courage. Patrick a décidé de se passer complètement des services de Google (ou presque complètement) et il y a réussi. Il possède une carte dans sa manche que je n’ai pas, il est programmeur de métier. Un serveur n’a pas de secrets pour lui. Son arme secrète c’est ownCloud, un logiciel libre qu’on installe sur son serveur.

Pour revenir au sujet en titre, j’ai décidé d’y aller un pas à la fois. Paraît que c’est la meilleure façon d’arriver à destination. Le premier pas c’est de passer de Pocket (aka Read-it-later) à Wallabag.  Pocket est un petit service dans le cloud et en local dont je ne peux plus me passer. Il permet de mettre de côté des pages Web pour les lire plus tard. Vous savez quand vous tombez sur un article intéressant mais long et que l’heure du travail est arrivé. À la maison, je suis toujours connecté à l’Internet, je peux donc les relire tout à mon aise. Mais avec mon téléphone Android, je ne le suis pas toujours (je n’utilise que le wifi) et je peux stocker en local les articles mis de côté dans Pocket et les lire dans le métro ou dans la salle d’attente du médecin…

Wallabag (aka Poche) est un logiciel libre publié sous licence libre, une licence assez originale car il s’agit de « Do What The Fuck You Want To Public License, Version 2 ». Malgré la consonance anglaise du nom, c’est un logiciel réalisé par des Français. J’espère pouvoir l’installer sans trop de difficultés sur le serveur partagé que je possède sur Funio, mais en attendant, je profite de l’offre généreuse de Framasoft qui a ouvert au public une instance de Wallabag sous le nom de Framabag.  Tout fonctionne bien sur l’ordinateur branché à Internet. MAIS l’application Android n’arrive pas à synchroniser avec le site de Framabag.  En libre, il arrive souvent qu’il faille des efforts pour que tout fonctionne comme prévu. J’ignore si le problème vient du serveur de Framabag ou de l’application.

En terminant, j’ai une piste pour la synchronisation… d’après le FAQ de Framabag, pour utiliser l’application Android, il faut sa propre installation.  J’essaierai, entretemps, celle qui est proposé sur le site de Wallabag… au cas où cela marcherait.

 

 

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans CLOM-REL, Culture libre, Logiciel libre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à De Pocket à Wallabag aka Framabag – Vers la liberté… #CLOM_REL

  1. nicosomb dit :

    Bonjour,

    Merci pour ton article sur wallabag 🙂

    Pour la synchro offline, il y a la possibilité de le faire, mais si tu lis un article sur ton téléphone, ça ne le marque pas comme lu sur ton installation de framabag / wallabag.
    Et contrairement à ce que tu crois (mais peut-être que la FAQ est mal rédigée, je vérifierai), tu peux utiliser le mode offline avec un compte Framabag. Tu dois activer les flux RSS dans la partie « Config » et là tu auras deux infos importantes pour paramétrer ton téléphone : un « token » et un « user id ». Tu dois renseigner ces deux valeurs dans ton téléphone, avec comme URL : https://www.framabag.org/u/TONPSEUDO

    N’hésite pas à me dire si ça ne fonctionne pas. Tu trouveras comment contacter le support sur le site de wallabag.

  2. cotteca dit :

    Merci de ton aide si rapide. Finalement j’ai réussi à installer Wallabag sur le serveur partagé. J’ai aussi l’app Poche sur mon téléphone. Ce qui me reste à réussir c’est d’importer les données de Pocket. On ne dit pas où placer le fichier HTML sur le serveur. À la racine de Wallabag, cela me donne un message d’erreur. Je m’y remettrai bientôt.

  3. Ping : Mon Wallabag sur un serveur partagé de Funio… ça marche! #CLOM_REL | Carnet d'André

  4. Ping : Premier retour sur Wallabag | Carnet d'André

  5. Pascal V dit :

    Merci pour avoir précisé l’URL complète https://www.framabag.org/u/TONPSEUDO

    J’avais aussi des difficultés à synchroniser mon Android

    Et merci pour cet excellent logiciel, et à Framasoft pour l’hébergement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *