La suprématie de la cupidité et de l'appât du gain

C’est le sous-titre du livre Le Grand banquet de Linda McQuaig publié en traduction francaise aux éditions Écosociété.

La journaliste torontoise démolit la thèse des néo-libéraux qui veulent nous faire croire que les lois du marché sont des lois naturelles. Elle s’appuie, entre autres, sur les écrits de Karl Polanyi. Elle cite abondamment The Great Transformation: The Political and Economic Origins of Our Time, l’oeuvre maîtresse de Polanyi.

Le Grand banquet nous rappelle que les « lois du marché  » ont fait une apparition très récente dans l’histoire de l’humanité. Ces lois réduisent l’homme à sa seule dimension matérielle, le fameux homo économicus des économistes.

Lecture obligatoire pour tous les altermondialistes et tous les écologistes.

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Mondialisation, Suggestion de lecture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *