Les Gibbons ne foutent pas toujours le bordel…

Ce billet de Nelson Dumais m’a interpellé. Sous le titre de « Quand les gibbons foutent le bordel! », l’auteur raconte comment s’est passé son passage de Ubuntu 7.04 à Ubuntu 7.10. Son titre laisse entendre que c’est de la m… mais son article raconte presque le contraire. Je m’explique.

On ne sait pas si cette installation fut faite « par-dessus » 7.04 ou à partir de zéro. On sait tous que l’installation d’un OS par-dessus l’ancien nous réserve toujours des surprises et pas toujours des meilleures. Quand je suis passé de 6.06 à 7.04, cela s’est bien passé sur un ordi et très très mal sur un autre. Première imprécision de son article.

À lire la description que Nelson Dumais fait de son ordinateur, il me semble que c’était téméraire d’essayer d’y faire fonctionner Compiz Fusion. J’avoue, que chez-moi, je me contente souvent de l’adaptateur vidéo de la carte maîtresse mais je ne m’étonne pas qu’elle ne fasse pas de miracles. D’ailleurs, il qualifie lui-même son adaptateur de « patente à gosses ». À qui la faute? La carte vidéo ou Gusty?

Ensuite, il reproche à ce Gibbons de ne pas réussir à utiliser la zone audio-vidéo de Radio-Canada. Là, c’est de la désinformation. Il est de notoriété publique que cette nouvelle zone audio-vidéo de R.-C. est tellement orientée Windows qu’il est difficile de s’en servir avec un Mac et quasi-impossible avec Linux. Je me suis plaint, dès le début, à Radio-Canada, sans grands résultats. Les captures d’écran qu’il nous propose montrent bien qu’il doit utiliser un subterfuge, l’extension MediaPlayer Connectivity pour visionner les vidéos de Radio-Canada. J’ai essayé moi-même cette extension de Firefox sans grand succès. Je connais un collègue qui semble y arriver avec la même extension. Le coupable… c’est clair, ici, c’est Radio-Canada. Une chaîne publique devrait utiliser une technologie « universelle ». Gibbons n’est pas pire que les autres distributions avec lesquelles j’ai essayé de visionner R.-C., soit Mandriva 2007 et Fedora 7.

Pourquoi un titre aussi partial pour cet article quand on trouve des phrases comme celles-ci dans l’article?

« un système d’exploitation Linux qui m’a impressionné pas sa vitesse et la facilité avec laquelle il a reconnu ses périphériques (Aux douches Vista !) »

« Je vais passer sous silence certaines nouveautés que j’ai pu observer, par exemple un outil de recherche interne (Desktop applet) apparemment assez efficace… »

« Je vais également glisser rapidement sur le fait que l’installation, avant que je n’ai eu à commencer ma configuration manuelle, se soit passée en moins de 20 minutes. »

 » on voit la richesse des langues offertes pour le Canada »

Il me semble que cela aurait mérité un titre plus neutre.

J’ai installé 7.10 sur un ordi de bureau (Un Optiplex de Dell), carte son et carte vidéo de la carte maîtresse, 1 Go de RAM, une carte sans fil PCI. Tout fonctionne à merveille, son, vidéo (les effets de base de Compiz), mes deux imprimantes, etc. XSane ne peut piloter mes deux numériseurs, et ce n’est pas le Gibbon qui ne veut pas mais XSane (c’est mentionné sur leur site). Comme j’ai cessé depuis longtemps de fréquenter Radio-Canada sous Linux, je ne peux dire si cela fonctionne. J’installe des distributions depuis 1999 et c’est la meilleure expérience que j’ai eu jusqu’ici. À ce sujet, lire ce billet et celui-ci.

Pour conclure, je dirais que Linux n’est pas encore tout à fait prêt pour Jos Bleau mais que de nouvelle distribution en nouvelle distribution on se rapproche de l’objectif. Pour paraphraser Nelson Dumais, disons que c’est de moins en moins le bordel.

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Logiciel libre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Les Gibbons ne foutent pas toujours le bordel…

  1. Vincent dit :

    Bonjour à tous,

    je suis un simple utilisateur de linux et je ne connais pas une seule instruction en ligne de commande. Le seul OS que j’ai réussi à installer depuis l’époque de win 98 est Ubuntu. J’ai un Dell 2400, avec 512 meg de Ram (partagée pour la vidéo.) Donc moins que Nelson (1 Gig). J’ai aussi beaucoup moins de connaissance en informatique que lui. Et bien, à part la lenteur du serveur pour télécharger les 1000 paquets de Gusty (une nuit et deux relances nécessaires), la mise à jour depuis Festy c’est passée sans problèmes.

    Quand Nelson conclu que window a encore de beau jour(« force m’est de conclure que Windows et Mac OS X, des SE qui ne sont ni gratuits ni libres, n’ont vraiment pas à se sentir menacés »), je l’invite à essayer d’installer Vista sur ma machine. Je crois que c’est mission impossible.

    En outre, il ne faut pas oublier qu’Ubuntu n’est pas qu’un système d’exploitation, c’est aussi toute la suite de logiciels dont j’ai besoin (suite office, courriel, navigateur web, etc). Ce n’est pas demain que Win XP va me mettre à jour tous mes logiciels. Question qualité de ces logiciels, il n’y a rien à redire par rapport aux version win xp.

    Certains se poseront la question du pourquoi et du comment je suis arrivé à Ubuntu alors que je n’ai aucune formation en informatique.

    Tout à commencé avec Firefox, il y a déjà quelques année. J’avais lu un article ventant ce logiciel. Je l’ai installé sur mon nouveau Dell en 2002. C’est là que j’ai découvert l’informatique libre. La qualité de Firefox (entre autre la possibilité d’avoir plusieurs onglets) m’a poussée a m’informer plus sur les logiciels libres. Un peu plus tard, un ami qui connaissait Linux m’a montré Konppix et Mandrake (7.2 en 2002-2003 ?). (Merci Sylvain). Mais ça me semblait très obscure. Il me parlait de paquet, de point de montage, et d’autres choses encore plus étranges. Je ne comprenais rien et j’étais incapable d’ajouter un logiciel ou un plugin.

    Bref, ma partition Linux a fini par prendre la forme « Format d: » dans win XP. Avec le temps, mon Dell sous xp a vu ses performances baissées. Les logiciels téléchargés à gauche ou à droite sous le web ont fini par:
    – ralentir l’ensemble de mon système;
    – installer des cochonneries pour m’espionner (je crois que vous appeler ça des spywares)
    – rendre impossible la défragmentation de mon disque

    J’ai dû installer des logiciels contre les spywares et autres cochonneries. Ce qui a encore ralenti mon système.

    Les mises à jour de XP n’ont pas aidé. Chaque fois microsoft en profite pour me rajouter des choses dont je n’ai pas besoin et qui me ralentissent encore. Les deux derniers dont je me souvient est un bidule pour vérifier si ma licence xp est authentique et le logiciel i-Tune. Pourtant j’avais rien demandé et je n’en ai pas besoin !

    Résultat, fin 2006 je me retrouve avec un système ultra lent et dont la sécurité est incertaine malgré la panoplie de logiciel de sécurité activé (anti-virus, firewall, anti spyware, …)

    Là, je repense à Linux. Une vielle connaissance de Belgique me parle d’Ubuntu et de sa convivialité pour les débutants. Je vais chez Camelo à montréal et j’achète le livre « Ubuntu 6.06 » de Michael Kofler avec le DVD. Je mets le disque dans la machine et Hop, surprise, j’obtiens un système rapide et fonctionnel. Le livre me permet de faire la transition entre XP et Linux et d’en savoir plus sur ces fameux paquet et point de montage.

    En avril je vais au St-Sulpice pour le lancement de Festy. Je ne connaissais personne. Mais j’ai découvert plein de gars sympathiques (je ne me rappelle pas avoir vu de filles !).

    Au bureau, j’ai commencé à convertir un collègue. Je lui ai refiler le CD de Festy. Maintenant, on s’entraide (Salut Tahir!). En fait, il est devenu meilleur que moi je pense. La semaine dernière, il était avec moi au St-Sulpice pour le lancement de Gusty. J’y ai retrouvé les gars sympathiques (Fabian, Marc, Etienne et les autres), mais toujours pas de filles ! Bon je suis marié. Donc, de ce côté, je suis servi.

    A propos de ma blonde, justement, elle m’a suivi sans problème et de sa propre initiative dans ma migration vers linux (car je suis en dualboot). Sa seule exigence était de retrouver ces favoris dans Firefox, ce qui fut assez facile. Je les ai importés de mon disque xp.

    Elle a vite compris comment ajouter des logiciels et même des nouveaux dépôts. Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’en juin (je crois). Là, mon cher Nelson, elle n’est plus capable de lire les vidéo sur le site de radio-canada. En parlant avec quelques personnes lors du lancement de Gusty, j’ai compris que ce n’était pas dû a une erreur de ma part ou un problème avec mon système. Si j’ai bien compris, le problème provient de radio-cadena qui est verrouillé par les logiciels propriétaires.

    J’ai lu les forum ubuntu, je n’ai pas réussi. http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=152377

    Encore aujoud’hui, j’ai essayé avec Xine tel que décrit par Vincent Miens sur la page http://andrecotte.com/blog/?p=338
    Mais ça ne marche pas (merci à ceux qui pourraient m’aider).

    Le problème n’est pas Ubuntu, ni Linux, mais le choix de SRC.

    Conclusion:

    -système moderne, rapide, sécuritaire et toujours à jours
    -pas de perte des paramètres des logiciels (mes anciens courriels, mes favoris, mes docs lors du passage d’une version à l’autre
    -pas uniquement OS à jour, mais tous les logiciels.
    -accessible à tous, surtout si installé par le constructeur (Dell, on vous attend).

    Bon, je prêche certainement à des convertis, mais s’il y a des nouveaux qui ont peur de se lancer, je voulais leur faire part de mon expérience toute positive (sauf pour la lenteur des serveurs de mise-à-jour). C’est possible de se débrouiller avec Festy ou Gusty sans connaissances particulières, bien qu’un livre me fut très utile pour le « fine-tuning » de mon système et la compréhension de certains concepts. Le forum m’ont aussi beaucoup aidé par la suite.

    Si je dois réinstaller XP, il va me falloir une pile de CD avec tous les logiciels et toute la liste de clé pour permettre l’installation et en plus je risque de perdre mes anciens courriels, mes favoris et tous les parametrages des logiciels.

    Bref, je suis passé sans problème de Festy à Gusty avec une machine moins puissante que Nelson alors que je n’ai aucune connaissance en informatique. Donc mon expérience est a l’opposé de celle de Nelson.

    Dans un commentaire de ce lundi, Nelson nous promet « Je vais quand même essayer de trouver du temps, cette semaine, pour télécharger un nouvel ISO du gibbon et pour le réinstaller avec formatage. » J’attend le résultat avec impatience.

    Vincent

  2. André Cotte dit :

    Beau témoignage. Merci.

    Pour la lenteur des serveurs, as-tu essayé GULUS de l’Université de Sherbrooke? Je crois même qu’il est proposé dans Gusty. Si tu as des difficultés à le trouver, fais-moi signe.

  3. Bonjour,
    Pour faire l’upgrade plus facilement je recommanderais (parce que je n’ai pas encore fait le grand saut de 7.04 à 7.10) est de downloader le CD « alternate » d’Ubuntu (encore plus rapide via bit torrent), le graver et de booter avec. il devrait offfrir d’upgrader à 7.10.

    S.v.p. me donner vos commentaires. de mon côté, je vais le faire dans les prochains jours.

  4. Vincent dit :

    Bonjour,

    André, je n’ai rien essayé, j’ai simplement laisser faire Festy quand il m’a proposé la mise à jour.

    François, ton idée me semble bonne. À la fête de lancement de Gusty, quelqu’un m’a dit qu’il était possible de mettre à jour à partir de l’alternate.

    Ce serait peut-être une bonne idée de distribuer des « alternate » à la prochaine version (8.04) à suggérer à Fabian.

    Par Radio-cadena, je vais poser la question sur le forum d’ubuntu-fr. Firefox plante depuis que j’ai installé xine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *