Les petits pas…

La formule de Pierre commence à faire le tour de la carnetosphère (est-bien le terme?). Gilles Jobin y revient dans son billet de lundi.

Cette histoire de petit pas commence à dévier pas mal du propos de mon billet et que Pierre Lachance avait qualifié de petit pas.

Je n’avais pas en tête d’exposer mes théories sur l’apprentissage. Mon but était plus pragmatique. Je faisais état des difficultés rencontrées dans les écoles où on avait implanté OpenOffice (ou d’autres logiciels libres) sans préavis. Et sans s’assurer de la complicité des enseignants.

L’apprentissage quantique, c’est bien quand on ne te l’impose pas. Si on bouscule tes habitudes sans ton autorisation, me semble que les petits pas cela bouscule moins….

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les petits pas…

  1. C’est très gratuit comme commentaire, mais je commencerais par me demander si Windows XP a demandé la permission de bousculer les habitudes de ceux qui le subissent, et si son imposition n’est pas aussi problématique que n’importe quelle imposition…

  2. Continuité ou changement?

    Qu’il s’agisse de sauts quantiques ou de petits pas, il n’en demeure pas moins que le monde de l’éducation sera toujours pris dans le paradoxe de la continuité et du changement! À mon humble avis, depuis près d’un siècle et demi, l’école a rempli son rôle social de dicriminer afin de sélectionner les individus potentiellement susceptibles de devenir des leaders dans les différentes sphères de l’activité humaine. Le filtre social a bien rempli son rôle dans la mesure où un minimum de savoirs était nécessaire pour fonctionner en société. L’école était là pour assurer la continuité, Tout changement pourrait alors être suspect!

    En ce début de XXIe siécle, il est temps de modifier le rôle discriminant de l’école pour éviter de sérieux problèmes sociaux et un important clivage entre riches et pauvres. Déjà, il est facile de constater une importante attrition de la classe moyenne. La seule façon selon moi de rétablir l’équilibre, c’est d’augmenter le bagage culturel de nos futurs citoyens et de les équiper pour affronter les écueils possibles, dans un contexte où la variable majeure sera d’être en mesure de s’adapter aux nombreux boulversements technologiques .

    Socialement parlant, nous ne pouvons nous satisfaire de la continuité, il faut apporter des changements. Peu importe que l’on soit prêt ou non, il faut modifier nos façons de faire, innover, inventer un nouveau modèle d’enseignant; alors autant le faire maintenant.

    Inéluctablement, l’école devra afin de remplir son rôle social affronter le changement. Donc, ses principaux acteurs devront bouger bien plus que de faire des petits pas; image qui évoque beaucoup plus pour moi l’immobilisme qu’autre chose… afin d’éviter le saut quantique. ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *