Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 18

Nous avons couché en banlieue de Glace Bay, enfin, une façon de parler. Curieusement, Booking.com n’avait presque rien à offrir à Glace Bay même. Le charbon a été longtemps la ressource qui maintenait l’économie de toute la région et en particulier de Glace Bay. L’économie du charbon s’est terminé à la fin des années 80 à Glace Bay. C’est aussi l’endroit duquel Marconi envoya son premier message TSF vers l’Europe.

Nous devions visiter en matinée le lieu historique national Marconi. Sur place, on apprend qu’il est déjà fermé et ne rouvrira ses portes que l’été prochain. Même les écriteaux explicatifs sur le terrain ont été remisés. Un peu décevant… Mais la vue sur la mer est belle et on s’y attarde un peu.

La mer vue de centre Marconi
La mer vue de centre Marconi

Nous aurons plus de temps pour le Miners Museum. Une reconstitution fidèle d’une mine de charbon sous-marine. Comme tous les musées, on y trouve des artéfacts et des explications nombreuses. Le clou du Miners Museum, c’est la visite guidée sous terre. Nous commençons par faire le tour des objets et des outils miniers exposés en plein air dans la grande cour du musée. Puis, nous allons dîner pour revenir y passer une partie de l’après-midi.

Un ventilateur minier dans le terrain du musée
Un ventilateur minier sur le terrain du musée

Nous achetons le billet d’entrée et celui de la visite guidée. Nous sommes chanceux elle démarre dans la demi-heure qui suit. Malheureusement, il n’y a pas de visite en français de prévue. Les parcs fédéraux nous ont habitués à ce bilinguisme qu’on ne retrouve pas dans les musées privés ou provinciaux. Le guide est un mineur à la retraite qui a travaillé dans les mines de charbon de la région. Ses explications sont d’autant plus intéressantes. Michou comprend quelques phrases et moi le sens du discours car des mots m’échappent surtout qu’il parle assez vite. On nous fait revêtir une cape pour nous protéger de l’eau qui dégouline parfois et d’un casque de travailleur. Les galeries de la mine sont basses et la plupart du temps, on marche la tête baissée. André se cogne allègrement la tête que le casque protège. Michou est plus attentive et moins grande aussi! Même en ne comprenant pas tout, la visite est fascinante. La vie d’un mineur c’est pas facile.

Une galerie d'extraction dans la mine
Une galerie d’extraction dans la mine (couleur pas réaliste)
Le guide explique le fonctionnement de cet outil dans la mine
Le guide explique le fonctionnement de cet outil dans la mine

Puis, on emprunte la Marconi Trail pour se rendre à Louisbourg. Ce soir notre hébergement est exceptionnel. Pas de motel… Une immense maison ancienne qui sert de BB. Charmant comme atmosphère. Les planchers des chambres de l’étage sont loin d’être de niveau. On s’en fout!

Le Cranberry, notre BB à Louisbourg
Le Cranberry Cove Inn, notre BB à Louisbourg

Nous avons soupé en partageant notre table (le restaurant était plein) avec un couple de Notre-Dame-du-Laus. Les Laurentides à notre table. Ce fut bien agréable.

Michelle et André

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 17

Nous avons quitté ce matin le motel Iona Height. Nous perdons cette vue exceptionnelle. Le prolongement d’une journée s’est fait au tarif normal et non à celui auquel nous avons payé la première journée. On ne peut gagner sur tous les tableaux.

Nous pensions arrêter à Eskasoni, une réserve indienne qui propose des activités pour les touristes. Or, il s’avère qu’aucune ne se fait sur un court laps de temps. Elles consistent à accomplir des tâches avec des Amérindiens, tâches toutes assez longues. Pour compenser, nous avons fait notre petite épicerie journalière sur place. Cela nous donnait tout le reste de la journée pour visiter Sydney. En fait, la ville n’existe plus, elle est devenue un arrondissement (comme on dirait au Québec) de la municipalité régionale de Cap-Breton qui va jusqu’à Louisbourg!

Sydney, heureusement pour nous, possède un Boardwalk. C’est là que les paquebots de croisières accostent et justement, le Sapphire Princess y était amarré. Nous l’avons eu en arrière-plan tout l’après-midi. Plusieurs photos de tous les angles furent faites. En toute fin d’après-midi en visitant la ville, nous avons enfin vu la proue. Nous avons failli le voir partir.

Le Sapphire Princess
Le Sapphire Princess amarré à Sydney

Nous avons dîné près de l’immense violon de 17 mètres et 8 tonnes de métal. Il symbolise l’amour de la musique et de la danse des gaéliques et des acadiens. Tous les touristes se font prendre en photo près du violon.

Immense violon devenu le symbole de Sydney
Immense violon devenu le symbole de Sydney

Nous avons passé le reste de l’après-midi à parcourir lentement le boardwalk et à y visiter les boutiques. Beaucoup de pause sur les bancs au soleil et dans le vent. Très vivifiant. Un bel après-midi de détente. André y a même fait 2 achats, un fait rarissime! Un bel ensemble scupté (probablement moulé) orne la promenade. Il rappelle le rôle joué par la marine marchande lors de la seconde guerre mondiale particulièrement par les marins de Sydney.

Monument aux marins marchands sauvés des eaux
Monument aux marins marchands sauvés des eaux

Demain, ce sera Glace Bay et son musée sur les mines de charbon. Anciennement la richesse de la région. Marconi y a fait ses premières liaisons TSF

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 16

Ce soir notre petit compte-rendu sera court. Nous sommes vannés tous les deux. Le voyage réclame son dû, du sommeil.

Nous avions réservé une seconde nuit à Iona. Nous avons l’intention de faire 2 musées. Une grosse journée, les musées c’est ce qui nous rentre le plus dans le corps. Trop de longues périodes debout immobile à regarder ou lire. Le premier, celui d’Alexander Graham Bell est un incontournable quand on visite le Cap Breton. Le second est méconnu, c’est le village gaélique de Ioana. Une reproduction du mode de vie à diverses époques des immigrants écossais.

On s’extasie encore devant le Bras d’or. La visite au musée consacré à Bell nous fait découvrir des aspects moins connus de la vie et de l’oeuvre de Graham Bell. On y rencontre un homme bon dans le vrai sens du terme. Un homme qui épouse une de ses élèves sourde-muette qu’il chérira toute sa vie. Mabel est une également une femme exceptionnelle. Capable de s’investir dans la carrière de son mari. Une militante pour une plus grande place des femmes dans la vie publique. Une mère exemplaire au dire de ses enfants. Alexander est aussi un père et un grand-père attentionné. Il adore les enfants et ne se lasse jamais de répondre à leurs questions.

Réplique du Silver Dart sur lequel Bell a travaillé
Réplique du Silver Dart sur lequel Bell a travaillée

Bell est devenu riche avec le brevet qu’il détenait sur le téléphone. Avec cet argent, il a entrepris plein d’autres projets scientifiques et techniques. Il a beaucoup travaillé sur l’utilisation de l’hydrofoil et avec des associés battus le record de vitesse sur l’eau. Il serait trop long de tout énumérer.

Le quai de Baddeck nous fournit la table de pique-nique dont nous avions besoin pour le dîner.

Notre pique-nique à Baddeck
Notre pique-nique à Baddeck

De retour à Iona nous visitons le Highland Village, village gaélique voisin de notre motel. Une reconstitution comme bien d’autres mais qui nous renseigne tout de même sur l’immigration écossaise au Canada. Une cabane ronde en pierre avec un toit de gazon (genre yourte) nous impressionne. C’était l’habitation en Écosse de bien de pauvres gens qui immigrent au Canada.

Maison ronde gaélique
Maison ronde gaélique
Entrée de la maison ronde gaélique
Entrée de la maison ronde gaélique
Intérieur de la maison ronde gaélique
Intérieur de la maison ronde gaélique

Souper au motel et vite le sommeil nous rattrape.

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 15

Avant de partir, nous faisons une petit visite du port de Pleasant Bay. On apprend que les gens de Pleasant Bay ont perdu beaucoup d’activités économiques avec l’arrivée du parc national. La coupe du bois, entre autres, est désormais interdite. Au vu des bateaux de pêche amarrés, on présume que c’est une activité économique qui est demeurée. D’ailleurs, le restaurant d’hier soir annonçait fièrement que ses moules et ses huîtres étaient locales.

Port à Pleasant Bay
Port à Pleasant Bay

On repart sur la Cabot trail en nous arrêtant dans la plupart des points de vue suggérés.

Paysage typique des points d'observation
Paysage typique des points d’observation

Ce qui nous amène à Ingonish pour le dîner. Un village dont le centre n’est pas facile à trouver. En fait, nous ne l’avons pas trouvé. Trois fois le nom Ingonish apparaît sur les affiches routières. On finit par trouver une petite épicerie pour acheter de quoi se faire un dîner. Aucune salade préparée n’est disponible, ce sera donc des sandwichs à la poitrine de dinde. Grâce à la carte routière du parc, on trouve une aire de pique-nique tout près de la plage. Une plage que j’aimerais bien revoir par grande chaleur. Aujourd’hui, on gèle tout rond.

La plage d'Ingonish
La plage d’Ingonish

La petite sieste terminée, on reprend la Cabot trail. À St-Ann’s, nous visitons une petite boutique de tartans. Elle se trouve au collège gaélique. Ce collège se donne pour mission d’aider les descendants d’écossais à apprendre les traditions et la langue gaélique. Les divers clans écossais ont chacun leur motif de tartan. Ma grand-mère paternelle est un Diamond, j’apprends que c’est un nom écossais. La vendeuse me donne même le nom du district écossais des Diamond. C’est le district Angus. On trouve sur le site du collège des objets gaélique qu’on peut obtenir avec les couleurs des tartans d’Angus. On laisse la Cabot trail pour la Bras d’or trail. En route pour Baddeck.

Collège gaëlique à St-Ann's
Collège gaélique à St-Ann’s

Notre motel est plus loin que prévu, une entourloupe de Booking.com. Sur booking.com on le situait près de Baddeck soit à 17 km. Google Map nous apprend qu’il nous reste encore 51 kilomètres et que le dit motel est sur l’île d’Iona. On se console en se disant qu’il a une réputation béton, 9.0 sur l’échelle booking et que chacune des chambres a vue sur le lac Bras d’or. Nous ne fûmes pas déçus. Vue sur le lac à partir du balcon et en dessous une petite succursale de la SAQ locale. On change nos plans et on restera une autre nuit.

Michelle sur le balcon de notre motel
Michelle sur le balcon de notre motel

À demain

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 14

Une journée importante… nous ferons la Cabot Trail, du bon bord… Peu de kilométrage mais des arrêts fréquents pour contempler le paysage. C’est nuageux, venteux et certains se promènent avec des tuques, comme nous le verrons au cours de la journée.

Un peu de magasinage au départ pour trouver un sac pour Michou. En prime, André a trouvé le petit coussin idéal pour rendre ses siestes dans l’auto plus confortables. Tout le monde est heureux. Puis, direction Pleasant Bay pour la nuit prochaine. Un arrêt à Mabou, très rapide.

On s’arrête plus longuement à Inverness, en fait on en profite pour dîner d’un sandwich. Il fait tellement froid que nous avons délaissé nos habituelles salades. On en profite pour aller jeter un oeil à la plage qui est très grande et attirante. Pas un chat. Le vent et le froid découragerait n’importe qui. Malgré cela, des golfeurs s’en donnent à coeur joie tout près de la plage. Faut vraiment aimer le golf pour en jouer aujourd’hui.

La belle grande plage d'Inverness
La belle grande plage d’Inverness

Avant d’arriver à Cheticamp, nous faisons un petit arrêt à la distillerie Glenora. Pas le temps de faire une visite guidée mais le site est beau. En plus de la distillerie, on y loue des chambres et on offre le service de restaurant. Les whiskey sont chers, on passe tout droit pour les achats. On dirait que Glenora, pourtant bien indiqué sur les cartes routières, se résume à la propriété de la distillerie.

La distillerie de Glenora
La distillerie de Glenora

Chéticamp, c’est le coeur de la francophonie acadienne sur l’île du Cap Breton. Michelle a eu la surprise de se faire parler en français à la station-service. Après avoir admiré la mer, on se trouve un endroit pour faire notre petite sieste. André en profite pour essayer son nouveau coussin de sieste. Que du bonheur.

Port de pêche de Chéticamp
Port de pêche de Chéticamp

Après Chéticamp, on entre dans le parc national des Hautes-Terres. Le personnel de la boutique d’entrée parle très bien français, on suppose que le recrutement du personnel se fait à Chéticamp, tout à côté. C’est la partie panoramique de notre journée qui débute et pour Michou c’est un peu la portion redoutée. Mais finalement, ce n’est pas aussi épeurant qu’elle le craignait. On s’arrête à presque tous les endroits prévus pour admirer le paysage. Et quel paysage!

La Cabot Trail
La Cabot Trail

Arrivés à Pleasant Bay, on installe nos valises dans le motel et on part souper au Rusty Anchor. Michou a pris les linguines aux fruits de mer et André l’assiette du pêcheur. On se félicite de notre choix de restaurant. Tout était frais et cela se goûtait.

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | 2 commentaires