Septuagénaires en vadrouille Nouvelle Écosse 7

Départ habituel du motel à Digby. Routine bien rodée maintenant. Il est 9 h.

Premier arrêt, un phare à Gibert’s Cove. Pas vraiment annoncé dans nos 2 guides. Nos yeux perçants l’ont vu de loin. Le petit phare comprend aussi une petite boutique bien sympa, ce qui a permis à Michou de faire l’achat de belles cartes postales du… phare, bien sûr!

Phare de Gilbert’s Cove

Saint-Bernard. un petit village acadien, possède une belle grande église en pierre. Un monument pour l’époque, les habitants du village ont a mis 32 ans à la construire. Elle serait dotée d’une acoustique exceptionnelle nous dit-on, des musiciens célèbres viendraient y faire des enregistrements et des prestations musicales..

Intérieur de l’église Saint-Bernard

Plus loin sur la route, un autre arrêt imprévu au guide pour admirer une petite plage et le quai du village. Un arrêt au guichet automatique et au Tim Hortons et nous voilà à Yarmouth.

Le dîner sera frugal et pris dans l’auto car il pleuviote un peu. Heureusement, nous sommes près de l’eau. Un pique-nique plus tristounet qu’à l’habitude.

Une partie du reste de l’après-midi est consacré à Léo! En effet, nous visitons le « Firefighter’s Museum » Un paradis pour Léo qui n’aurait pas le droit d’y entrer, on n’accepte les enfants qu’à partir de 12 ans. On ne veut pas de touche à tout ;-). André photographie tous les camions pour Léo. Jamais vu une aussi grande variété de camions pompe. Il y en a de tellement anciens qu’ils étaient tirés par des hommes ou des chevaux. Même des énormes dont la pompe fonctionnait à la vapeur et au charbon. Impressionnant! Un musée original et bien présenté.

Musée des pompiers de Yarmouth
Michou se prend pour Léo

Longue visite au Cape Forchu: belle promenade le long du sentier panoramique dans les rochers façonnés par la mer. On s’y attarde malgré le vent frais car il nous amène les effluves de la mer et l’odeur des rosiers sauvages. Peu importe ou se dirige notre regard, ce n’est que beauté…Nos pensées prennent le large…

De plus, au phare , il y a une boutique avec de très jolis objets: la madame est contente.

Le phare à Cape Forchu

Souper dans un resto familial: on remet ça pour les pétoncles puis repos bien mérité à l’hôtel.

Note: nous ne savons pas ni l’un ni l’autre quelle est la touche pour l’accent grave sur le u, alors excusez-nous pour les ou sans accent.

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 6

Départ vers 9 h après un déjeuner fourni par le motel.

Direction Annapolis Royal, on revient sur nos pas. La veille nous n’avions pas eu le temps de voir quoi que se soit, occupé que nous étions à la recherche d’essence pour la Soul. Espérons que tout ne sera pas fermé comme hier. Premier arrêt au Annapolis Royal Historic Garden, soulagement c’est ouvert. Le petit café est fermé mais le jardin est ouvert. Pour faire oublier que quelques sentiers sont fermés pendant que le personnel nettoie les dégâts de Dorean, on nous fait entrer gratuitement. Le tarif est à notre bon coeur dans un petit bocal.

Le Jardin est fabuleux. Une section sur les cultures vivrières locales anciennes, une autre expérimentale (on teste des associations de plantes). Il y a aussi une reproduction d’une maison acadienne du 18e siècle. Sommairement meublé comme à l’époque. Elle est flanqué d’un jardin potager avec les plantes cultivées à l’époque. Bien d’autres choses dont je n’ai pas le temps de parler. Bref, nous avons beaucoup apprécié cette visite.

L’entrée du jardin
L’intérieur de la maison acadienne

Après la visite du Jardin, ce fut notre pique-nique journalier, cette fois sur une table en face du quai . C’est marée basse. Après le repas, on s’installe sur un banc face à la rivière et on se tape un petit somme de 15 minutes.

Michou face à la mer

Nous partons pour la visite du centre d’interprétation de la centrale marémotrice la plus grande et la seule au Canada. Et oups! Dorean frappe encore. C’est fermé. Pourtant, ils produisent l’électricité! Le plus choquant, c’est qu’il n’y a aucun panneau d’explication à l’extérieur du bâtiment. La centrale étant immergée, on ne voit rien. Pas mal déçus les deux septuagénaires.

Qu’à cela ne tienne, nous irons au centre d’interprétation de Port Royal. Établie en 1603 par le Sieur de Monts et Samuel de Champlain, l’Habitation a été reconstruite sur place. Re Dorean. Fermé pour cause de vous savez quoi maintenant. On fait la visite extérieure de l’Habitation mais bien des questions sont sans réponses. Quelques photos et on repart pour Digby.

L’Habitation et son fortin

Sur le route de retour vers Digby, un détour par Bear River voir les maisons sur pilotis annoncées dans le guide touristique et visiter quelques boutiques d’art et d’artisanat. Finalement nous avons repéré seulement 4 de ces maisons. Par contre, Michou a visité une boutique qui lui a donné pleine satisfaction. Elle s’y est procuré un article pour la maison qu’elle cherchait depuis longtemps. La somme reçue en cadeau de ses filles servira à payer l’objet. On vous réserve la surprise pour le retour.

Une des quatre maisons sur pilotis.

On couchera au même motel qu’hier, le Coastal Inn. Il nous reste du temps pour un petit tour de ville et surtout du port de Digby. Un port encombré de quelques dizaines de bateaux de pêche aux pétoncles.

Une partie du port de pêche de Digby

Parlant de pétoncles, nous prenons notre repas au Fundy restaurant pour déguster les fameux pétoncles de Digby. Excellents par ailleurs mais au dessert, Dorean frappe encore… plus de shortcakes aux petits fruits… la tempête a retardé la cueillette des petits fruits 😉 Malgré tout ,nous avons bien mangé, la facture en témoigne. 😉 C’était tout simplement délicieux ajoute Michelle!

À demain.

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | 4 commentaires

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 5

Matin lumineux de début d’automne. Il fait frais mais sans vent.

Direction: Lieu national UNESCO de Grand-pré: Paysage absolument magnifique à perte de vue, avec les terres reprises aux marais grâce à la poldérisation agricole et, au loin, la baie de Fundy. C’est de cet endroit qu’a eu lieu le Grand Dérangement. Nous nous dirigeons vers le lieu historique national de Grand Pré qui commémore l’établissement des Acadiens et leur déportation permettant de les déposséder et de donner leurs biens aux Planters. Déception, le site et le parc attenant sont fermés: cause « meteo » est-il inscrit sur la porte. Pas d’électricité de plus des travailleurs sont à enlever des troncs tombés.

On traverse le grand marais asséché de Grand Pré (en fait un genre de polder) pour nous rendre à la grande plage Évangéline. Elle sert de refuge à beaucoup de bécasseaux. Mais la saison est passée et plus rien pour nous qu’une belle plage. Au retour nous essayons de visiter la petite église vue de loin au lieu national. Des arbres brisés et déracinés jonchent le sol. Un travailleur vient nous dire de quitter les lieux qui peuvent être dangereux pour nous. Les frustrations de l’après-ouragan commencent à se faire plus nombreuses que prévues.

La plage Évangéline
Courant en Nouvelle Écosse ces jours-ci

L’heure du dîner approche, nous irons du côté de Canning on nous y promet un point de vue sur la région. Il se trouve à ce qu’ils appellent le « look off ». Rendu là-bas, le seul casse-croute est fermé probablement par manque d’électricité causé par la tempête. Heureusement la vue promise est toujours là! Et nous ne sommes pas déçus. On dîne sur place sur une table de pique-nique du casse-croute fermé. Salade et oeufs durs.

Comme des Asiatiques photographiés par un passant

Toujours dans la région de Canning, on suggère la visite d’un vignoble qui sont très nombreux dans la vallée d’Annapolis et les environs. Nous goûtons trois vins et finalement on achète une bouteille de chacun. Un petit tour dans le vignoble pour voir les raisons en train de mûrir et on repart.

Équipement rutilant du vignoble

Nous espérons faire un peu de tourisme à Annapolis Royal en route vers Digby notre lieu de repos pour cette nuit. L’idée étant de revenir demain finir de visiter si cela en vaut la peine. Mais Dorean nous attendait dans le détour. Le réservoir d’essence est très bas. On se cherche une station-service. On demande et on apprend que la plupart sont fermés faute d’électricité et/ou de carburant. On nous en indique une qui grâce à une génératrice fonctionne encore. Arrivé là, on nous dit qu’il ne reste que du diesel. Pas question de changer de moteur sur place! La préposée nous dit qu’au village voisin, l’autre station Irving est ouverte et qu’il y a de l’essence. On part donc pour Granville. on trouve la station service en question. Une longue file d’attente et… que de l’essence suprème. Qu’à cela ne tienne, la Soul sera gâté.

Plus question de faire du tourisme sur place, il faut partir pour Digby, notre hôtel nous y attend avec un restaurant qu’on se promet d’essayer. Notre guide le recommande. En route on s’arrête un peu à Bear River, un village très prisé par les artistes dit-on. De petites maisons sur pilotis en font la renommée, nous n’en avons vu que 2 et pas des petites! Faudra y revenir. En revanche près de la rivière, une belle borne de recharge pour voiture électrique.

Borne de recharge à Bear River (un bled perdu)

On arrive à Digby impatient d’y rejoindre notre hôtel/motel, le fameux Admiral Digby avec vue sur la baie. Tout semble bien mort… Une affiche dans la porte nous annonce No power, no water, call for emergency. Un coup de fil nous apprend ce que nous savions déjà que l’Admiral Digby est fermé des suites de Dorean. Assez cavalièrement puisque que via Booking.com nous avions une confirmation en bonne et due forme reçue la veille.

On trouve à se loger au Coastal Inn qui bénéficie de sa situation géographique qui le place sur le trajet de la ligne électrique qui dessert l’hôpital. Tout est bien qui finit bien. Dorean nous a fait comprendre qu’un ouragan frappe deux fois, une première fois avec le vent et la pluie et une seconde fois avec toutes les pannes qui peuvent durer plusieurs jours.

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | 7 commentaires

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 4

Notre blogue d’hier fut mis en ligne avant la panne d’électricité qui frappa aussi notre Bed & Breakfast. La pluie très forte s’infiltrait par la cheminée, rien d’important pour nous mais du travail en perspective pour nos hôtes. Au lever, toujours pas d’électricité mais, oh! surprise, un petit déjeuner chaud grâce à la cuisinière à gaz de la propriétaire. Je laisse Michelle vous décrire ses crèpes: un délice avec une compote de petits fruits maison, une confiture aux mûres pas piquée des vers et un fromage artisanal. Plus quelques cafés en jasant avec les proprios. Il faudra y revenir pour profiter de l’extérieur, de la plage privée et continuer la conversation avec ces gens charmants!

Départ vers 9 h pour Truro, notre première destination. Un arrêt pour aux Five islands park. Magnifique vue sur le Minas Basin et beaucoup de vent avec un soleil magnifique. Sur la route et à Truro presque tout est fermé, même un Tim Hortons. Les musées et les centres d’interprétation touristique se sont donnés le mot pour fermer le samedi et le dimanche pour cause d’ouragan. Après un petit sandwich rapide au parc de la ville, on va se fait venter au centre du Mascaret de Truro. Expérience vivifiante!

En arrlère-plan, 3 des 5 îles.

Bel arrêt à Burncoat Head Park près de Noel. Le centre est fermé mais on passe sous la clôture. Les plus hautes marées du monde furent mesurés là.

Si vous arrivez à lire vous verrez que le Guinness book le prouve.
Marée basse.

Nous avons privilégié les routes qui passaient le plus près de la mer: sinueuses, avec plusieurs branches ou troncs brisés sur les bas-côtés ou retenus carrément par les fils électriques!

Arrivés à Windsor au Super 8, petit souper agréable dans un Pub d’allure britannique, le Spitfire.

À demain?

Michelle et André

Flattr this!

Publié dans Voyage | Un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 3

Aujourd’hui c’est le jour de l’arrivée de l’ouragan/tempête tropicale Dorean sur la Nouvelle Ecosse. Michelle insiste pour qu’on se rende au plus tôt au BB réservé pour ce soir. Elle finit par me convaincre.

Mais avant, il faut lui trouver de nouveaux souliers, les siens l’ayant lâchée hier lors de la promenade de la Sauvagine. ‘Seulement des sandales pour affronter le premier ‘hurricane’ de ma vie, ça ne va pas du tout!’

Nous réglons le problème à la première heure à Amherst pas loin de Sackville.

Vers 11 h, nous arrivons à Parrsboro, à quelques 15 km de Port Greville oû nous logerons ce soir. Un musée de géologie nous intéresse mais il est fermé pour cause d’ouragan… Nous devançons le dîner. Pas question de pique-nique, il pleut à verse. La Harbour View Restaurant fera l’affaire.

Le Restaurant Harbour View à Parrsboro

Le fameux Harbour se révèle un grand quai comme on en voit partout dans les Maritimes. C’est la marée basse et les bateaux reposent au fond sur le sable. Impressionnant.

Le fameux Harbour de Parrsboro

Nous avons bien essayé de faire un peu de tourisme avant de regagner notre BB. Mais le musée de Port Gréville sur l’histoire de la marine à voile est également fermé pour cause d’ouragan. Pire nous espérions, demain, voir le mascaret au centre d’interprétation du mascaret à South Maitland mais le site Web nous apprend que le centre sera fermé samedi et dimanche pour cause… d’ouragan! Bref, Dorean nous aura surtout privés de deux jours de visites touristiques.

On se console dans notre luxueuse suite (avec cuisine et tout le tralala) trouvée sur Booking.com. Tout cela au prix des motels habituels. Nous reste à espérer que l’électricité ne sera pas coupée en soirée. Un aperçu de notre gîte.

Le Fox Point Inn à Port Grevelle
Le BB qui nous a reçus à Port Grevelle.

Michelle et André

Publié dans Voyage | 6 commentaires