Phrase-choc…

Lu sur le blogue de l’AQUOPS : « Ce n’est pas l’AQUOPS qui se meurt, c’est l’idée même des TIC dans les écoles. » Cette phrase est tirée du long commentaire de Louis Desjardins.

Ouf! Un constat que je crois assez près de la vérité dans plusieurs écoles. Du moins des conversations avec certains profs nous apprennent qu’ils se fait moins de TIC qu’auparavant. Le monde à l’envers!

Il faudra bien analyser les causes de cette désaffection. Je parie que la question du matériel et de l’accès sera une des explications.

On dirait qu’autour des ilôts de belles expériences, on retrouve une mer de désaffection.

Pas très rassurant quand on sait qu’une des compétences transversales du nouveau programme se lit ainsi : « Exploiter les technologies de l’information et des communications».

Une bonne raison pour que l’AQUOPS survive et fasse l’analyse de cette situation.

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Phrase-choc…

  1. Eric Noël dit :

    Je ne pense pas que ce ne soit que l’idée de l’usure des parcs informatiques qui en est l’unique cause. Je lance l’idée que peut-être l’utilisation des enveloppes budgétaires destinées à la formation est également une source du problème. Avec le contexte d’implantation de la réforme, la caisse est probablement vide au moment du congrès.

  2. Je ne pense pas non plus que «la question du matériel et de l’accès» soit une explication suffisante.

    Je me permet même de soulever la possibilité que c’est notre manque collectif de leadership qui nous a amené là et qui nous donne l’impression que ce qui est une conséquence alors que c’est une cause.

    Pas la seule cause, bien entendue… mais je pense qu’il faut aussi regarder la situation sous cet angle.

    On est jamais aussi faible que désorganisé.

  3. André Cotte dit :

    Je fus « mal cité » 😉

    Ce qui me fait choc c’est la constation que les TIC se meurent dans les écoles peu importe la raison. Je suis prêt à convenir que la question du matériel n’est pas la seule et, peut-être pas la plus importante. Mais je fréquente une enseignante et quand elle me décrit l’état du parc informatique de son école, j’ai l’impression que cela y est pour quelque chose.

    Sur les autres raisons, le débat reste ouvert.

  4. Eric Noel dit :

    Je me pose la question si le corollaire à propos du lien entre la désaffectation de l’Aquops et l’abandon des tics avait été clairement établi.

    De toute facon ma vision était très locale lorsque je mentionnais qu’il n’y avait pas de lien évident entre le vieillissement des parcs informatique et l’abandon des tics.

    À mes dernières rencontres des répondants Recit nous avions abordé in formellement les possibilités d’utilisation en classe de pentium 1. Les utilisations étaient intéressantes et surprenantes. À la lecture du billet de Gilles Jobin, j’ai réalisé que toutes ces utilisations, d’ordinateurs vieillos, étaient faites dans de petits milieux, là où les structures informatiques sont plus informelles, là où le technicien est aussi bien souvent un prof.

    Le problème semble donc être, du moins dans les grosses boites, plus d’ordre structurel que lié à la vétusté des parcs.

  5. « Avec le contexte d’implantation de la réforme, la caisse est probablement vide au moment du congrès. »

    La date du prochain colloque est déjà connue. Depuis au moins cinq ans (je ne sais pas avant si c’était le cas) le colloque c’est toujours tenu la semaine avant le congé pascal. Dès setpembre, je réserve mon colloque auprès du comité de perfectionnement de mon école.

    Le problème est sûrement dû à une mauvaise publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *