Après les musiciens et les chanteurs… les "label" dénoncent

Un groupe d’artistes canadiens-anglais a osé ne pas dire comme l’industrie et dénoncer les DRM, du moins dans leur forme actuelle, sans interopérabilité.

Voilà qu’un « label » de musique techno dénonce les DRM mais va plus loin en proposant ses titres en MP3, sans DRM.

L’idée fait son chemin.

Ce contenu a été publié dans Culture libre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.