Gérer ses livres numériques avec Calibre

Je suis un adepte de la lecture numérique. J’adore avoir plusieurs titres avec moi sous un encombrement minimal. Seuls les « beaux livres » n’ont pas trouvé grâce à mes yeux sous leur forme numérique. Les photos et les images passent mal la rampe des liseuses noir et blanc et même des « logiciels » de lecture sur les téléphones et les tablettes.

Gérer ses livres numériques est plus compliqué que de gérer ses livres papier. Pour ces derniers, seul le manque d’espace pose problème. Pour les « ebook », l’espace ne manque jamais MAIS le manque d’uniformité des formats et des moyens de protection oblige à une gymnastique qui fait perdre du temps.

La diversité des formats, ajoutés aux protections contre la copie ont pour effet de nous obliger à lire nos livres dans le lecteur prévu par tel ou tel fournisseur. Une liseuse Kindle (ou une logiciel Kindle) pour ce qu’on achète sur Amazon; une liseuse supportant les protections d’Adobe pour la plupart des autres, et à l’occasion (comme c’est le cas chez Archambault), il faut la liseuse spéciale du vendeur.

Sans compter que certaines liseuses sont laissées pour compte par certains vendeurs. Amazon m’a confirmé par courriel que je ne pourrai pas lire leurs livres numériques sur ma liseuse Sony.

Personnellement, je lis sur au moins trois périphériques différents : une liseuse pour la lecture sous éclairage naturel (dehors); une tablette pour la lecture à la maison et un téléphone intelligent pour la lecture dans les transports en commun ou dans les files d’attente.

Voici comment je m’organise pour que cela soit vivable. Premièrement, j’ai trouvé, sur le Web, une façon de « débarrer » les livres qui le sont. (ATTENTION c’est un geste illégal depuis l’adoption de la nouvelle loi sur le droit d’auteur). J’arrive à le faire pour les protections d’Adobe et celles de Kindle. C’est quand même une perte de temps (souvent plus 15 minutes par livre) ce qui m’enrage à chaque fois. Inutile de dire que j’apprécie les livres protégés par un simple filigrane ou les livres sous licence libre.

Pour le reste, mon arme secrète c’est le logiciel libre Calibre. Ce dernier est souvent proposé pour la conversion des formats des livres numériques. J’utilise très peu cette fonction. Une conversion reste une conversion dans laquelle on perd souvent des choses. À mes yeux, Calibre c’est une bibliothèque numérique. Un endroit où centraliser tous ses livres numériques. Quand on veut apporter des livres numériques avec soi, Calibre se connecte à presque tous les périphériques et permet de verser facilement un ou plusieurs livres dans sa liseuse ou sa tablette. Pour faire de Calibre sa bibliothèque, il faut des livres non-protégés d’où la nécessité d’apprendre à faire sauter les verrous.

Capture d'écran de CalibreL’écran principal de Calibre

Il ne reste plus qu’à demander à Calibre de stocker les livres dans un répertoire d’un dossier synchronisé sur le nuage et on a accès à ses livres de partout.

Ce petit schéma devrait se passer d’explication et vous montrer comment j’ai accès à mes livres numériques de la maison, du travail et sur des plateformes différentes. Calibre s’installe autant sur Windows, Mac que Linux.

 

Un schéma de la façon dont j'utilise Calibre

Schéma de mon utilisation de Calibre

En autant que mes livres numériques ne sont pas protégés, j’ai le contrôle parfait de ma bibliothèque numérique. Merci aux quelques éditeurs francophones et anglophones qui ont accepté de protéger leurs livres avec un filigrane. C’est respecté le client et encourager la lecture numérique en ne mettant pas d’entraves à la lecture.

Flattr this!

Ce contenu a été publié dans Culture libre, Divers, Logiciel libre, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *