Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 15

Avant de partir, nous faisons une petit visite du port de Pleasant Bay. On apprend que les gens de Pleasant Bay ont perdu beaucoup d’activités économiques avec l’arrivée du parc national. La coupe du bois, entre autres, est désormais interdite. Au vu des bateaux de pêche amarrés, on présume que c’est une activité économique qui est demeurée. D’ailleurs, le restaurant d’hier soir annonçait fièrement que ses moules et ses huîtres étaient locales.

Port à Pleasant Bay
Port à Pleasant Bay

On repart sur la Cabot trail en nous arrêtant dans la plupart des points de vue suggérés.

Paysage typique des points d'observation
Paysage typique des points d’observation

Ce qui nous amène à Ingonish pour le dîner. Un village dont le centre n’est pas facile à trouver. En fait, nous ne l’avons pas trouvé. Trois fois le nom Ingonish apparaît sur les affiches routières. On finit par trouver une petite épicerie pour acheter de quoi se faire un dîner. Aucune salade préparée n’est disponible, ce sera donc des sandwichs à la poitrine de dinde. Grâce à la carte routière du parc, on trouve une aire de pique-nique tout près de la plage. Une plage que j’aimerais bien revoir par grande chaleur. Aujourd’hui, on gèle tout rond.

La plage d'Ingonish
La plage d’Ingonish

La petite sieste terminée, on reprend la Cabot trail. À St-Ann’s, nous visitons une petite boutique de tartans. Elle se trouve au collège gaélique. Ce collège se donne pour mission d’aider les descendants d’écossais à apprendre les traditions et la langue gaélique. Les divers clans écossais ont chacun leur motif de tartan. Ma grand-mère paternelle est un Diamond, j’apprends que c’est un nom écossais. La vendeuse me donne même le nom du district écossais des Diamond. C’est le district Angus. On trouve sur le site du collège des objets gaélique qu’on peut obtenir avec les couleurs des tartans d’Angus. On laisse la Cabot trail pour la Bras d’or trail. En route pour Baddeck.

Collège gaëlique à St-Ann's
Collège gaélique à St-Ann’s

Notre motel est plus loin que prévu, une entourloupe de Booking.com. Sur booking.com on le situait près de Baddeck soit à 17 km. Google Map nous apprend qu’il nous reste encore 51 kilomètres et que le dit motel est sur l’île d’Iona. On se console en se disant qu’il a une réputation béton, 9.0 sur l’échelle booking et que chacune des chambres a vue sur le lac Bras d’or. Nous ne fûmes pas déçus. Vue sur le lac à partir du balcon et en dessous une petite succursale de la SAQ locale. On change nos plans et on restera une autre nuit.

Michelle sur le balcon de notre motel
Michelle sur le balcon de notre motel

À demain

Michelle et André

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 14

Une journée importante… nous ferons la Cabot Trail, du bon bord… Peu de kilométrage mais des arrêts fréquents pour contempler le paysage. C’est nuageux, venteux et certains se promènent avec des tuques, comme nous le verrons au cours de la journée.

Un peu de magasinage au départ pour trouver un sac pour Michou. En prime, André a trouvé le petit coussin idéal pour rendre ses siestes dans l’auto plus confortables. Tout le monde est heureux. Puis, direction Pleasant Bay pour la nuit prochaine. Un arrêt à Mabou, très rapide.

On s’arrête plus longuement à Inverness, en fait on en profite pour dîner d’un sandwich. Il fait tellement froid que nous avons délaissé nos habituelles salades. On en profite pour aller jeter un oeil à la plage qui est très grande et attirante. Pas un chat. Le vent et le froid découragerait n’importe qui. Malgré cela, des golfeurs s’en donnent à coeur joie tout près de la plage. Faut vraiment aimer le golf pour en jouer aujourd’hui.

La belle grande plage d'Inverness
La belle grande plage d’Inverness

Avant d’arriver à Cheticamp, nous faisons un petit arrêt à la distillerie Glenora. Pas le temps de faire une visite guidée mais le site est beau. En plus de la distillerie, on y loue des chambres et on offre le service de restaurant. Les whiskey sont chers, on passe tout droit pour les achats. On dirait que Glenora, pourtant bien indiqué sur les cartes routières, se résume à la propriété de la distillerie.

La distillerie de Glenora
La distillerie de Glenora

Chéticamp, c’est le coeur de la francophonie acadienne sur l’île du Cap Breton. Michelle a eu la surprise de se faire parler en français à la station-service. Après avoir admiré la mer, on se trouve un endroit pour faire notre petite sieste. André en profite pour essayer son nouveau coussin de sieste. Que du bonheur.

Port de pêche de Chéticamp
Port de pêche de Chéticamp

Après Chéticamp, on entre dans le parc national des Hautes-Terres. Le personnel de la boutique d’entrée parle très bien français, on suppose que le recrutement du personnel se fait à Chéticamp, tout à côté. C’est la partie panoramique de notre journée qui débute et pour Michou c’est un peu la portion redoutée. Mais finalement, ce n’est pas aussi épeurant qu’elle le craignait. On s’arrête à presque tous les endroits prévus pour admirer le paysage. Et quel paysage!

La Cabot Trail
La Cabot Trail

Arrivés à Pleasant Bay, on installe nos valises dans le motel et on part souper au Rusty Anchor. Michou a pris les linguines aux fruits de mer et André l’assiette du pêcheur. On se félicite de notre choix de restaurant. Tout était frais et cela se goûtait.

Michelle et André

Publié dans Voyage | 2 commentaires

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 13

Notre but premier au départ était de ne pas manquer le mascaret à Truro. Mission accomplie. Comme hors-d’oeuvre, nous avions planifié la visite du musée d’Africville et la visite du musée de l’aviation. Deux activités à faire à Halifax. Notre mascaret était annoncé pour 15 h 07 et nous avions une réservation pour le coucher à Antigonish.

Le petit musée d’Africville n’ouvrait qu’à 10 h du matin. Nous avons donc pris notre temps pour quitter le logement. Africville, c’est le nom donné à un quartier pauvre (des taudis) que des noirs néo-écossais occupaient. Histoire pénible de gens à qui on ne donnait pas vraiment de services municipaux, routes de terre et pas d’eau potable autrement que dans des puits. Pourtant le quartier est situé près de la zone portuaire d’Halifax. Leurs maisons furent détruites pour faire place au développement économique de la ville. Le musée loge dans une réplique de l’église d’Africville qui a été démolie en même temps que le reste du quartier au début des années soixante.

La petite église, musée d'Africville
La petite église, musée d’Africville

André voulait voir le musée de l’aviation. Oncle Louis nous a contaminés, on aime tous un peu les avions dans la famille. D’après ce qu’il avait vu dans la publicité, André croyait y trouver quelques avions (3 ou 4) et qu’en quinze minutes, la visite serait terminée. Surprise, en plus de l’avion de chasse sur le terrain extérieur et du bâtiment principal, on découvre un immense hangar plein d’avions, d’hélicoptères et de missiles. Il y en a tellement qu’on dirait un enchevêtrement d’avions et de morceaux d’avion. Finalement, en le visitant très rapidement, nous y avons passé presqu’une heure.

Avion de chasse dans la cour du Musée de l'aviation
Avion de chasse dans la cour du Musée de l’aviation
Le grand hangar du Musée de l'aviation
Le grand hangar du Musée de l’aviation

Nous sommes arrivés au centre d’interprétation du mascaret à Truro vers 14 h. Le mascaret était prévu à 15h7; belle occasion pous faire une bonne sieste dans l’auto. J’avais déjà vu le mascaret à Moncton, il y a plusieurs décennies. Mais pour Michou, c’était nouveau. À l’heure dite, il a fait son apparition dans la rivière. Impressionnant même si c’était un petit mascaret de 6 à 8 pouces de hauteur. Prise de photos et direction Antigonish. Un voyage plutôt terne sur l’autoroute par un temps froid et pluvieux.

Le mascaret à Truro
Le mascaret à Truro

Demain, on entreprend la Cabot Trail et du bon côté pour Michou 😉

Michelle et André

Publié dans Divers, Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 12

Ce matin nous avions la chance de pouvoir nous préparer un petit déjeuner chaud avec oeufs, saucisses et rôties. Nous en étions privés depuis le début du voyage.

La matinée toute entière fut consacrée à la visite du Jardin public d’Halifax. Fondé en 1836 par la Nova Scotia Horticultural Society, il compte plusieurs arbres plus que centenaires. Les dommages causés par Dorean ne semblent pas avoir été grands à l’exception d’un très viel arbre. Des petits sentiers quadrillent le parc et des affichettes donnent les noms de la plupart des arbres, certains venant de contrées lointaines. Beaucoup de fleurs ornementales, des plans d’eaux et des fontaines (actives ou non) complètent le tout. Ces étangs attirent des canards d’espèces variées. Nous avons même aperçu un Balbusard pêcheur. Un lieu qui vaut le détour.

Une des 3 ou 4 fontaines du Jardin
Plate-bande de fleurs au Jardin
Plate-bande de fleurs dans le Jardin
L'effet Dorean sur un arbre important du Jardin
L’effet Dorean sur un arbre important du Jardin
Les abeilles se régalent au Jardin
Les abeilles se régalent au Jardin

Pas de pique-nique mais un dîner au logement suivi d’une sieste. Un petit changement à la routine qui était bienvenu.

Après-midi de fouinage dans les boutiques pour Michou qui s’en est privé pas mal jusqu’ici. André trouve toujours un endroit pour attendre sans s’ennuyer. Le Jardin public est situé au coeur de la zone de magasinage, c’est là qu’André est allé attendre sagement.

Retour au Boardwalk pour finir l’après-midi. La vue sur le port est toujours aussi belle et aujourd’hui deux gros paquebots y sont amarrés. Malheureusent, l’arrangement de la gare maritime ne donne pas l’occasion de les voir complètement. Surprise: deux stations de recharge électrique dans le parking de la gare maritime. Nous soupons dans un petit restaurant près la gare maritime d’un Fabulous lobster roll et la publicité n’était pas trompeuse, c’était bon en titi.

Passage d’un porte-conteneur vu du Boardwalk
Borne de recharge pour voiture électrique
Borne de recharge pour voiture électrique

En revenant au logement, on s’offre un détour par le bord de l’eau et observons des pêcheurs de maquereaux. La pêche était fructueuse et le paysage magnifique.

Halifax vue de Dartmouth

Michelle et André

Publié dans Voyage | Laisser un commentaire

Septuagénaires en vadrouille… Nouvelle Écosse 11

Un dimanche matin pluvieux. Nous optons pour une visite qui se fera en bonne partie à l’abri, nous commencerons la journée par la visite de la Citadelle d’Halifax, c’est l’attraction la plus suggérée par les guides touristiques.

La Citadelle est impressionnante, elle domine toute la vieille ville. De ses murs on voit la ville et le port. Bien placée pour défendre la ville en cas d’attaque. L’endroit réputé imprenable n’a jamais vraiment été attaqué. Frustrant pour ses constructeurs. En fait, il y a eu 4 citadelles différentes à différentes époques sur le même site. C’est la 4e, la dernière que nous visitons encore aujourd’hui. C’est devenu un site historique géré par Parc Canada.

Vue de la Citadelle d’Halifax
Joueur de cornemuse
La « joueure » de cornemuse

Une guide en costume d’époque nous a fait une visite guidée privée de 55 minutes., en français. : nous étions les seuls visiteurs francophones! Une formation sur la Citadelle. Puis nous avons continué la visite par nous-mêmes. Joueur de cornemuse, relève de la garde, coup de canon de midi et visite rapide du musée de l’armée.

La relève de la garde
La relève de la garde

Avant de nous rendre sur le Boardwalk, nous nous sommes promenés dans le bas de la ville. Ce qui nous a amené au Casino et tout près de la base navale de la marine canadienne. Nous y avons admiré un navire de guerre et vu un autobus amphibie pour touristes qui a quitté l’eau juste devant nous.

Navire de guerre à Halifax
Autobus de touristes amphibie

Nous avons passé le reste de l’après-midi à nous promener sur Boardwalk, Une petite merveille, le bord de l’eau est magnifiquement aménagé. On trouve de la restauration, des boutiques de cadeaux, des musées et des zones de jeux pour enfants. Une des zones, une glissoire bien spéciale (voir la photo ci-bas) prévient de ne pas la grimper… elle est pleine d’enfants qui s’en donnent à coeur joie. Le spectacle du port constamment animé de bateaux, petits et gros nous donne envie d’y rester bien assis des heures. Une corvette « désarmée » est à quai et peut être visitée. C’est comme une pièce de musée sur l’eau. Elle a fait la guerre aux U-boat pendant la seconde guerre mondiale. Si le temps nous le permet, nous reviendrons sur le Boardwalk.

Vue du Boardwalk
Et pourtant, il est écrit « ne pas grimper »
Une corvette hors-service ayant servi lors de la 2e guerre mondiale

Notre logement pour la nuit n’est pas un motel comme à l’habitude. Un petit studio nous sert de home. On se fera à souper chez-nous ce soir.

Michelle et André

Publié dans Voyage | Un commentaire